Dominique DENOËL - entreprise VMI

Le développement international est « avant tout du travail, du temps et savoir prendre des risques.» Pour revenir à l'essentiel, « il faut rester pragmatique et écouter le marché».

L'entreprise répond aux besoins d'un large spectre d'activités : boulangerie, pâtisserie, snacking, cosmétique, pharmacie, chimie des spécialités, coating. Les machines de mélange VMI se veulent toujours plus innovantes, performantes et adaptées aux spécificités de chaque type de production

vmi bureauxVMI, The Mixing Company

Exclusivement dédiée au mélange, VMI propose une gamme complète de solutions adaptées au mélange des matières premières les plus variées. Puisant ses origines dans le développement des pétrins boulangers, VMI a étendu son savoir-faire au service des industries pour lesquelles le mélange, le pétrissage, le malaxage, l'homogénéisation, la dispersion ou l'émulsion constituent des étapes importantes de leurs fabrications. L'entreprise répond aux besoins d'un large spectre d'activités : boulangerie, pâtisserie, snacking, cosmétique, pharmacie, chimie des spécialités, coating. Les machines de mélange VMI se veulent toujours plus innovantes, performantes et adaptées aux spécificités de chaque type de production.

Dans les années 90, l'entreprise fait de l'international son levier de développement. Aujourd'hui, sur son activité boulangerie industrielle, VMI réalise 80% de son chiffre d'affaires à l'export.  Claire Auffrédou, Responsable Marketing, indique que « l'international n'est jamais un combat gagné d'avance ». Bien au contraire, le marché export est mouvant et il est nécessaire pour VMI de faire preuve d'agilité. Tournée vers l'international, l'entreprise repense et adapte son organisation continuellement.

Le marché européen, premier marché export de VMI, a beaucoup évolué en 20 ans et arrive à maturité. L'entreprise s'ouvre aujourd'hui aux pays émergents. Sans parler d'« eldorado », le potentiel existe à condition de bien comprendre les besoins de ces marchés et d'en maitriser les processus. Certains marchés, tels que les Etats-Unis, offrent de belles opportunités de développement, mais trouver le bon interlocuteur pour répondre aux interrogations et être accompagné, n'est pas toujours facile ! Ainsi, Dominique DENOËL, PDG de VMI, regrette le manque de visibilité du système et le trop grand nombre d'interlocuteurs spécialistes de l'accompagnement des entreprises à l'international. Il préconise la simplification des aides dédiées au grand export ainsi qu'une meilleure cohésion entre les grands acteurs français de l'internationalisation : syndicats professionnels, associations, réseaux et organismes. Pour le dirigeant, le développement international est « avant tout du travail, du temps et savoir prendre des risques. ». Pour revenir à l'essentiel, « il faut rester pragmatique et écouter le marché ».

Article et propos recueillis par Mathilde LEMAN - Octobre 2016

Retour
Partagez sur les réseaux sociaux :